9 erreurs de rénovateur débutant à éviter
Rénover

9 erreurs de rénovateur débutant à éviter

Lorsqu’on se lance dans son premier chantier de rénovation, on manque souvent cruellement d’expérience. Il est très facile de faire des erreurs potentiellement coûteuses en temps et en argent. Je suis aussi passée par là et heureusement, la chance du débutant était derrière moi ! Je te partage ici, d’après mon expérience, les 9 erreurs du rénovateur débutant à ne surtout pas reproduire.

1/ Choisir un artisan sur seule recommandation

En tant que débutant en rénovation, lorsque tu vas chercher à recruter des artisans, tu vas probablement demander des recommandations à ton entourage. Et tu as raison ! Rien de tel pour identifier des professionnels qui te réaliseront un chantier aux petits oignons. Mais attention, ça ne suffit pas à garantir le résultat.

Les risques auxquels tu t’exposes

Si tu choisis un artisan sur recommandation, ça ne te dispense pas de vérifier ses antécédentsAvoir un artisan recommandé par les copains ne te dispense pas de faire des demandes de devis auprès d’artisans trouvés par d’autres moyens. Si tu ne le fais pas, tu t’exposes à deux risques :

  • Comme tu es un client convaincu d’avance, rien n’empêche cet artisan de te facturer plus cher. Il aurait tort de ne pas essayer si tu ne vérifies pas.
  • Tu risques de sélectionner un artisan qui n’est pas spécialiste de ce que tu recherches. Un excellent poseur de carrelage peut se révéler médiocre pour poser du parquet.

J’en ai moi-même fait les frais. Lors de ma première rénovation, j’ai fait confiance à un artisan recommandé non pas par un mais deux copains, sans chercher plus loin. Il a choisi de s’associer juste avant mon chantier  à une personne à qui il a tout délégué. Résultat des courses : un chantier arrêté pendant deux mois ! Comme ça ne te plairait pas, évite de reproduire mes erreurs de rénovatrice débutante et demande au minimum deux devis supplémentaires.

La vérification des antécédents de ton artisan

Même si tous tes proches t’assurent qu’avec José le plombier, tu es entre les mains d’un pro, vérifie toujours ses antécédents. Tout d’abord, vérifie que sa société est bien immatriculée au répertoire des métiers depuis plus d’un an. Tu peux trouver cette information sur des sites comme société.com ou infogreffe.fr. Pourquoi depuis plus d’un an ? Tout simplement parce que les arnaqueurs qui encaissent les acomptes et disparaissent sans faire les travaux ont une fâcheuse tendance à ouvrir des sociétés qu’ils mettent  rapidement en cessation de paiements pour ne pas pouvoir être poursuivis.

Profites-en pour vérifier que le capital social de la société est suffisant pour faire face en cas de problème sur un chantier. Comme tu t’en doutes, si je t’en parle, c’est parce que je ne l’ai pas fait. Bingo, mon cher artisan trouvé par bouche-à-oreille se servait des acomptes des uns pour avancer les chantiers des autres, voire tout simplement renflouer ses comptes persos ! Ce qui explique en grande partie les deux mois de retard sur mon premier chantier.

Vérifie ensuite qu’il est bien assuré. Demande-lui une attestation d’assurance de responsabilité civile  professionnelle et de garantie décennale. S’il met en avant des labels, vérifie à quoi ils correspondent et demande-lui d’en apporter la preuve. Les labels se renouvellent régulièrement, il est possible qu’il ne remplisse plus les critères attendus pour avoir le droit de les revendiquer. S’il rechigne à te donner ce que tu demandes, c’est mauvais signe.

Enfin, n’hésite pas à lui demander des photos d’autres chantiers, voire à demander de visiter. S’il est fier de son travail, ça ne devrait pas poser de problèmes. 

2/ Expédier l’étape du devis

Se contenter d’un seul devis

Toujours demander mini 3 devis pour choisir le meilleur rapport qualité/prixS’il y a bien une erreur à ne pas faire, c’est de ne demander qu’un seul devis ou pire, pas du tout. Si tu veux évaluer la qualité et la pertinence d’un devis, tu dois avoir des points de comparaison. Il est indispensable de réaliser au minimum 3 devis. Certes, ça prend plus de temps, mais c’est le minimum syndical pour ne pas tomber dans une grossière erreur de rénovateur débutant.

Négliger de contrôler le détail du devis

Lorsque tu interroges les artisans, il est possible que tu reçoives dans un premier temps des devis peu détaillés. Tu ne dois en aucun cas t’en contenter. Un devis sérieux est complet et détaillé. Il précise les quantités, la qualité, la marque et le coût unitaire des matières premières. Il inclut le cas échéant l’évacuation des gravats et dans tous les cas le nettoyage du chantier (sauf si tu en décides autrement).

Vérifie toujours que tout est bien inclus : le nombre de prises électriques ou de poignées par exemple sont des éléments à ne pas négliger pour éviter les surprises en cours de chantier. Compare le coût des matières premières avec les prix que tu obtiendrais si tu achetais par toi-même. Vérifie les mesures indiquées par les artisans et assure-toi qu’il n’y a pas de surévaluation : 10% de supplément de carrelage, c’est normal, 50% c’est abusé !

Choisir le devis le moins cher

Certes, tu veux que ton chantier te coûte le moins cher possible. Mais tu veux aussi de la qualité et de la sérénité. Crois-moi sur parole, le prix ne doit en aucun cas être ton premier critère de choix. Au contraire, un devis très bas doit t’alerter. Généralement, il y a un loup ! Si ton budget est un peu serré,  réduis légèrement l’envergure de ton projet plutôt que de choisir un artisan moins qualifié. Un bon artisan te proposera toujours des solutions pour coller au mieux à ton budget. En cas de doute, demande à chiffrer toutes tes options de façon détaillée. Ça te permettra de choisir en fonction du prix et de tes priorités.

3/Préférer une solution moins chère à une solution durable

Lorsque je travaillais chez Leroy Merlin, j’ai souvent croisé des clients qui me disaient : « je vais acheter le robinet premier prix, c’est pour une location ! ».  Même dans un appartement en location, ne lésine jamais sur la qualité. Non seulement tu loueras plus vite et à de meilleurs locataires, mais tu seras également moins dérangé par des appels concernant des petites réparations.

Choisis toujours la solution durable, même si elle coûte un peu plus cher. Repeindre du carrelage, c’est chouette seulement pendant max un an. Ne pas isoler un mur alors qu’on refait le placo, c’est une grossière erreur. Il vaut mieux payer un peu maintenant que beaucoup plus tard.

4/ Sous-estimer la durée du chantier , une erreur classique quand on débute en rénovation

Sous-estimer la durée du chantier , une erreur classique quand on débute en rénovationQuand on achète un bien immobilier, on est toujours pressé d’en profiter. Ne fais pas l’erreur de rénovateur débutant de sous-estimer la durée du chantier. Les matériaux peuvent arriver cassés et devoir être relivrés. Le retard d’un artisan peut décaler tout ton calendrier. Un artisan peut disparaître plusieurs jours sur un autre chantier que le tien.

La seule chose que tu peux faire pour te prémunir, du moins en partie, contre ce genre de désagrément, c’est de demander à mentionner la date de début de chantier et la date de fin de chantier sur le devis. En cas de dépassement de la date de début de chantier de plus de sept jours, tu pourras demander le remboursement du double des arrhes versées*. Demande également à ton artisan comment il prévoit de s’organiser : combien de personnes vont participer ? Viennent-ils de loin ? Où vont-ils loger ? Autant de questions qui vont te permettre de te rassurer sur le sérieux avec lequel l’artisan aborde ton chantier.

5/ Sous-estimer le montant des travaux

Lorsque j’ai acheté, je croisais les doigts pour ne pas dépasser le budget. Parce que comme tout rénovateur débutant, je n’avais pas de marge de sécurité. Et pourtant, tu dois toujours prévoir 20% de trésorerie en plus. Si l’artisan a fait une erreur sur son devis, par exemple à cause d’une mauvaise prise de côte, c’est à lui d’assumer. N’accepte en aucun cas de payer une somme qui n’apparaît pas sur le devis.

Mais il peut arriver de découvrir de mauvaises surprises, notamment pendant la phase de démolition sur un chantier. Le parquet qu’on pensait poncer est finalement irrécupérable, les lambourdes en bois du plafond sont moisies et doivent être remplacées, etc. Dans ce cas, l’artisan te fera signer un avenant. Et tu seras bien content d’avoir suivi mes conseils et prévu un petit surplus.

6/ Payer en une seule fois

Tu dois définir un échéancier de paiement avec ton artisan.Tu ne dois jamais, jamais, jamais payé ton artisan à 100% en début de chantier. Tu dois au contraire définir avec lui un échéancier de paiement. Il est d’usage de régler une avance de 30 à 40% à la signature du devis. Cela permettra à ton artisan d’acheter les matériaux nécessaires pour démarrer ton chantier. Les modalités de paiement doivent être précisées sur le devis. Puisque le devis est bien détaillé, profites-en pour définir avec l’artisan les prestations sur lesquelles tu as de la visibilité et qui détermineront les prochains paiements. Si ton artisan te fait défaut, il te restera suffisamment d’argent pour le remplacer.

Si à la réception de chantier, il reste quelques détails à finaliser, conserve le solde pour motiver l’artisan à revenir tout terminer. Assure-toi que la facture est identique au devis. Et si ton artisan est réglo, sois le également et paie en temps et en heure !

7/ Négliger de se former

Pour éviter les problèmes, tu dois absolument douter. Ton artisan est probablement un professionnel très compétent mais ce n’est pas une raison pour avoir une confiance aveugle dans son jugement. Tu dois absolument te former aux bases de son métier pour comprendre les questions qu’il va te poser, gagner son respect et choisir la solution la plus adaptée à ta situation. Pose lui des questions, demande-lui de t’expliquer le jargon. Si ce n’est pas clair ou que son explication te paraît bancale, cherche les infos sur Internet ou auprès d’un autre artisan. Tu as peut-être choisi de prendre des artisans parce que les travaux, ce n’est pas ta tasse de thé mais faire l’impasse sur ce point serait une jolie erreur de rénovateur débutant.

8/ Camper sur ses positions

Tu as peut-être une vision très précise de ce que tu souhaites et de la façon dont tu veux que ce soit fait, mais tu dois aussi savoir écouter les suggestions de ton artisan. Après tout, c’est lui l’expert. Ne pas être à l’écoute pourrait même te priver de précieuses idées qui amélioreraient ton projet. 

9/ Mal déléguer son chantier

Mal communiquer ses souhaits

Tu dois apprendre à formaliser tes demandes par écritTu as probablement des plans très précis de ce que tu souhaites en tête mais il se trouve que ton artisan n’y est justement pas, dans ta tête ! Il est primordial que tu apprennes à formaliser tes demandes. Dessine un petit croquis en précisant toutes les dimensions, imprime des photos, ou fais une vidéo. Peu importe le support que tu choisis, ton artisan doit pouvoir s’y référer en cas de doute pendant le chantier. Laisse ton numéro de téléphone sur tous les documents et rends-toi joignable pour répondre aux questions. Si tu zappes cette étape, tu peux être certain de constater des décalages entre ton projet et la réalité.

Ne pas contrôler

Suivre un chantier, ça prend du temps. Tu dois visiter ton chantier grand minimum trois fois par semaine. Idéalement, passes-y tous les jours car les artisans, eux, ne t’attendront pas. Si ton emploi du temps ne te le permet pas, embauche un maître d’oeuvre qui s’en occupera pour toi. Tu t’éviteras bien des tracas et une énième erreur de rénovateur débutant.

En résumé

Dans mon premier appartement, j’ai accumulé la quasi-totalité de ces neuf erreurs de rénovateur débutant. J’ai connu plusieurs complications que j’aurais pu éviter si j’avais été mieux informée. J’espère que cet article te permettra de ne pas reproduire mes erreurs. S’il t’a plu, partage le autour de toi, ça m’aidera à me faire connaître.

A+

Violaine


*Article L114-1 du code de la consommation 

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    210
    Partages
  • 8
  •  
  • 202
  •  

3 commentaires

  • Abdel

    Bonjour Violaine.

    Pour ma part, je rajoute toujours un mois en ce qui concerne la durée des travaux.
    Ca me permet de voir large et quand c’est fini avant, et bien tant mieux, ça donne l’impression d’avoir son bien tout beau tout neuf encore plus tôt que prévu =)

    • Violaine

      Bonjour Abdel,

      Effectivement, ça permet de se sécuriser. Tout comme mettre 20% du montant des travaux de côté, au cas où les artisans trouveraient des trucs bizarres lors de la démolition.

      Une autre astuce efficace : prévenir les artisans dès l’appel d’offre que tu appliqueras des pénalités de retard correspond à un mois de loyer par mois de retard dès 2 semaines de dépassement. Les artisans qui n’acceptent pas cette condition ne répondront pas dès le début.

      Et la technique ultime pour terminer à l’heure : au moment de signer le devis, propose un bonus d’un montant que tu détermines (suffisamment motivant sans te mettre sur la paille) pour inciter les artisans à tenir les délais.

      • ABDEL

        Effectivement !

        En s’y préparant bien, on a tout pleins de possibilités qui nous sont offertes.

        Voila pourquoi il faut réfléchir en tant qu’entreprise et non pas se dire “On achète et on verra” =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réussis tes travaux de rénovation 

et sécurise la rentabilité de ton investissement immobilier